Suricat, quoi de neuf ?

Suricat, quoi de neuf ?

 

 

Présentation

Notes d'humeur, notes d'humour, présentation de photos... Tout ce qui fait un site perso ! Un peu de moi, un peu de nous, un peu de vous, au jour le jour.

w e b m a s t e r @ s u r i c a t . n e t
Quoi de neuf aujourd'hui ?

Si vous voulez savoir à quoi ressemble un vrai suricate, regardez la galerie des suricates ou l'article de WikipediA sur ces charmantes bestioles. Notez au passage, que suricate prend un "e" :-)

Afficher les mentions legales.


J'vais me faire des copains :-)

Macarons live bloging final

Après huit fournées (il en manque une sur la photo) de 12 minutes, plus la manutention, je ne suis pas près d'oublier à nouveau que j'avais promis de faire des macarons et de ne m'en souvenir qu'au moment de me coucher en mode "j'ai l'impression d'oublier quelque chose..." Pour les curieux, il y a 600g de poudre d'amandes, 800g de sucre, 100g de cacao en poudre non sucré, 8 cuillières à soupe de fécule, 4 bonnes pincées de sel et 8 blancs d'oeufs. Mélangez le tout et faites des petits tas sur du papier sulfurisé. Faire cuire 12 minutes, sortir du four, puis mettre la fournée suivante que vous auriez intelligement préparée à l'avance. Regroupez par deux chaque demi-macarons pour former les gâteaux. On peut se contenter de mettre chaque moitié séparément dans la boite pour avoir l'impression d'en manger plus... Cette quantité de pâte correspond à environ 50 macarons complets. Et maintenant au lit...

Macarons live bloging 4

 

Macarons live bloging 3

 

Macarons live bloging 2

 

Macarons live bloging 1

 

Enfin une Ducati digne de la marque

 

Photo de Vancouver (2)

Toujours selon la même source que la précédente photo de JO, une nouvelle image que je trouve très graphique

L'homme et le petit

Je viens de laisser l'homme au bord de la route dans sa couverture, le petit dans les bras de cette nouvelle famille inespérée.

Je ne suis pas sûr de m'en remettre tout de suite.

Qu'est-ce que c'est que t'as jamais fait de plus courageux ?
Me lever ce matin, dit-il.

La route, Cormac McCarthy

Non, le livre ne se résume pas à ce dialogue. Un autre m'a atteint bien plus dans les dernières pages, mais le révéler tuerait une partie du livre.

Suis-je atteint parce que je suis un père de 3 garçons ? Je ne sais pas comment l'homme peut imaginer survivre dans ce monde en ayant connu celui qui l'a précédé. Comment le petit peut vouloir continuer à y vivre même s'il n'a connu que lui ? Veut-on vivre ou vit-on seulement ?

Je ne sais pas si moi-même je ne l'aurais pas suivi, elle, dès le début. Mais si c'est pour eux ? Mais à quoi bon ? Et pour eux, vraiment ? Non, en fait, rien que pour ce fameux dialogue, je resterai. Peut-être.

Ceux qui l'ont lu comprenne sûrement, que les autres le lisent pour comprendre à leur tour. Et pour les extraits que j'ai pu en voir, n'imaginez pas voir le film en pensant échapper au livre, vous rateriez tout.

Merci Bertrand de me l'avoir fait lire.

Coeur fondu